ode à l'église, Tout pour l'église
ode à l'église ) tout pour l'eglise
Elle se tient là dans sa splendeur, En sécurité dans les bras de son père, ornée d'un blanc éclatant pour son époux. La musique joue et annonce leur court passage dans l'allée.
Jadis disgracieuse et sale, impie et d’aucune apparence aimable. Désormais, elle marche sans tâche, ni ride, ni rien de semblable. Elle avance dans une sainteté spectaculaire, belle et sans défaut.
 Elle avait une vie de prostituée, se conformant au monde comme une fille de la désobéissance.
Mourant dans ses offenses et ses péchés. Mais son père, infiniment riche et miséricordieux, l'aimait d'un amour extraordinaire. Par sa puissante parole, il lui a accordé une nouvelle vie, la bonne nouvelle de son salut dans laquelle il a fait la plus grande révélation de son coeur et démontré de son affection la grandeur.
Elle est née de nouveau, non pour cette vie temporelle mais éternelle, à travers sa parole vivante et inébranlable. Elle respire comme une création de son souffle.
 
ode à l'église - tout pour l'église articleAinsi donc, elle a été soutenue par Sa parole, modelée et façonnée par Son message. Le but de son existence dans ce monde fut de défendre et faire entendre Sa voix.
À présent, chacun de ses pas dans l'allée est sûr et serein.
 Mais cela n'a pas toujours été le cas. Elle a trébuché plusieurs fois auparavant. Il y a eu des manquements terribles. Sa restauration a connu des hauts et des bas. Ce long engagement était pour le moins une aventure.
Des détracteurs sont venus en avant, les accusations et les moqueries furent innombrables et en myriades. Plusieurs ne croyaient pas en elle et la sous-estimaient pas, ils pensaient qu’elle ne tiendrait jamais.

 Mais dans chacune de ses imperfections et indiscrétions, dans chaque erreur et

chaque péché, dans toute cette honte, elle a supporté comme ceux de la maison de son Père. Elle est un pilier et un socle de sa vérité. Dans sa faiblesse, il l’a encouragée à annoncer son message aux yeux des nations et à le proclamer pour que tous puissent l’entendre. Dans sa faiblesse, il a fortifié ses murs, les a maintenus enfoncés et a protégé son message de la distorsion, des compromis et l'effondrement.

Elle a résisté à l'épreuve du temps, contre   vents et marées. Elle a tenu ferme, non   comme  maître mais servante de la parole.   Grâce au verbe, elle a traversé les dangers,     les  épreuves et les pièges.

Et maintenant, en ce grand jour, elle est paraît dans une majesté sans pareil.

 

Son

 mari a confectionné la robe lui-même. Il l'aimée et s’est livré pour elle, il l’a sanctifiée, la lavant par sa parole purifiante. D'autres mariés auraient abandonné depuis longtemps, mais sa patience a été stupéfiante. Un investissement d'énergie sans fin, remarquable. Sa grande miséricorde l'a rendu digne d'adoration.

Voilà que se termine le plus grand hymne jamais entendu.    Maintenant, elle le rencontre au centre, préparée, parée,      brillante de la gloire même de Dieu. Maintenant, le Père        lui  donne son propre Fils, la Tête au-dessus de tout.                                                                                                             La joie sèche le regard. Chaque larme de tristesse a été      essuyée. La mort n'est plus. Plus de deuil, ni de pleurs, ni    de douleur. Les choses anciennes sont passées. «Voici »,    dit le marié, « Je fais toutes choses nouvelles ».

 

 

 

Basé sur les textes de  Ephésiens 1:13, 223:20–215:25–272 Timothé 2:15Tite 1:91 Pierre 1:23–25Jacques 1:18; and Apocalypse 21:4–5.

Écrit par David Mathis, traduit par Nathalie Diane.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *